Prédication du Dimanche 12 Aout 2018

Thème:

Textes: 1Rois 19 : 4-8; Éphésiens 4 :30 à 5/2; Jean 6 : 41 à 51

Résumé de la prédication du Dimanche 05 Aout 2018, faite par l’ancien NJAKOU Robert

À la suite de la prédication de dimanche dernier où la prédicatrice mettait l’accent sur le pain comme nourriture essentielle à la vie éternelle, le prédicateur du jour a commencé par attirer notre attention sur l’attitude de la foule surprise d’entendre Jésus se réclamer être le pain de vie qui est descendu du ciel. Ce Jésus, qu’elle pense ou pensait bien connaitre, qui a un père Joseph, une mère Marie, ne saurait à moins d’être un imposteur) se prévaloir d’un tel honneur. Cette surprise, traduite dans le texte par des murmures, témoigne à suffisance du manque d’humilité qui ne permet pas aux Juifs de laisser parler l’évidence du Seigneur en eux. Le prédicateur a donc saisi l’occasion pour nous inviter à l’humilité chrétienne qui est l’attitude par excellence de notre âme devant Dieu. Cette attitude repose sur la conscience de notre finitude et de notre précarité devant la sainteté de Dieu. Il a toutefois relevé que l’humilité ne signifie nullement une méconnaissance de nos valeurs ou l’abandon de notre dignité. Sur le plan humain et interpersonnel l’humilité commande de considérer le prochain comme étant au-dessus de nous et pour confirmer cette vérité, Il a convoqué Philippiens 2, v3.

Au-delà de l’humilité le prédicateur nous a invités à l’obéissance qui est l’acceptation sans restriction de la volonté de Dieu et la soumission totale et sans murmures de nos vies à lui. Elle nous invite à rester fidèles afin de recevoir avec foi l’accomplissement de la promesse faite par Dieu à travers son fils Jésus Christ. Pour le prédicateur, nous devons cesser d’être cette foule de ventrologues, qui suivaient Jésus, non pour ce qu’il était ou ce qu’il enseignait, mais pour le pain, bref le matériel, car elle est prête à tout moment à retourner la veste quand ses intérêts ne sont plus garantis.

La dernière grille d’interprétation de ce passage est la sanctification qui est la réalisation permanente d’une vie de communion et de sainteté permanente avec Christ, d’où le sens du verset 42. Pour réaliser cet idéal, le prédicateur nous prescrit deux recettes La prière. Il s’agit de communiquer spirituellement avec Dieu en élevant vers lui des requêtes, mais aussi des sentiments d’amour et de reconnaissance. L’acceptation du changement. Changer c’est savoir passer de l’autre bord, comme le dit Marc4,V35. Il s’agit donc de quitter le bord de ceux qui suivent Jésus pour le pain et rejoindre celui d’Abraham qui partit sur instruction de Dieu vers l’inconnu. C’est seul ce changement de notre vielle nature qui pourra libérer le Chrétien de la sclérose de l’inertie ou de l’excitation au triomphalisme

Ancien Robert Njakou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *