Prédication du Dimanche 16 septembre 2018

Thème: Jésus confessé comme Messie.

Textes: Marc 7/27-35

Résumé de la prédication du Dimanche 16 septembre 2018, faite par Le pasteur AGBANOU ELOI

Quel est ce leader charismatique qui se livre à une enquête qui lui donne le droit de connaitre ce que
pensent les autres de lui? Est-ce un texte de popularité? Ou un texte de personnalité au près de ces disciples ? Non, de tout cela. Pierre confesse Jésus comme Messie! Il le proclame de tout cœur comme étant le sauveur dont a besoin Israël.
Messie : ou Mashiah en Hébreu de la personne qui a reçu une onction. L’oint de Dieu. Jésus a reçu l’onction l’hors de son baptême et confirmée lors de la transfiguration. Oindre en grec se dit Chrio et uniquement pour désigner l’onction de Jésus par l’esprit reçu lors du baptême.
Avant l’ère chrétienne dans un Israël occupé par les Romains, l’espérance messianique se développe dans
trois directions :

1- Les juifs attachés à la tradition royale et prophétique attendent le messie fils de David qui réalisera en premier lieu leur libération politique, à savoir l’anéantissement des puissances païennes et l’établissement d’un ordre social conforme aux exigences de la loi, C’est dans cette perspective que le titre de messie sera utilisé au temps de Jésus.

2- L’attente du prophète des derniers temps semblable à Moïse ou du retour d’Élie pour conduire la destinée
spirituelle du peuple vers un but libérateur.

3- Enfin le Fils de l’homme qui viendra sur les nuées du ciel pour procéder au jugement dernier est de plus en plus considéré comme la figure de l’être du Divin qui offrira le salut.

Pierre aurait sûrement vu en Jésus tous ces traits messianiques pour confesser Jésus en disant : ‘’ Tu es le
messie, le fils du Dieu Vivant’’ Toutes ces guérisons qu’observaient les disciples, tout ce déploiement de la divinité de Jésus ne pouvaient que contribuer à cette confession de Pierre. Mais ce qui est étonnant, la réponse de ce dernier n’entraine pas d’office l’approbation de Jésus, mais plutôt sa méfiance. Pourquoi? Pierre a-t-il compris qu’il confesse un Messie qui vient souffrir pour libérer et non un messie qui vient faire une démonstration de force et de puissance pour combattre l’ennemi sous toutes ses formes? Pierre ne sait pas que ce Christ, ce Messie est celui qui va subir l’atroce souffrance dont personne n’aurait pu supporter. Un Messie qui s’offre pour le salut des siens afin que ces derniers soient arrachés de la servitude avilissante de ce
monde.

‘’Taisez-vous ‘’ N’en parlez à personne. L’important, c’est de reconnaitre que sa vie est comme toute vie. Jusqu’à
présent, on n’a vu de lui que des guérisons, des miracles, On n’a entendu sur ces lèvres que des paroles qui
redonnent confiance et réconfort aux exclus. Sa vie comme toute vie est gâchée voire perdue d’avance. Elle
risque de décevoir ceux qui viennent à lui. Le Messie que Pierre reconnait est un homme : ‘’Le fils de l’homme’’ Il faut que le fils de l’Homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens , les chefs des prêtres et les scribes , qu’il soit tué et que , le troisième jour, il ressuscite.
Ici, Jésus nous invite à comprendre que la meilleure confession que nous pouvons lui adresser est celle qui
nous incite à Aimer jusqu’au sacrifice le plus élevé. Il embarque ses disciples dans un discours où il se dévoile,
il répond lui-même à la question posée dans une perspective du don de soi qui fait jaillir la pensée suivante :
‘’ qui suis-je «  : Qu’on me suive, qu’on épouse la vie qui est la mienne sans chercher à gagner quoi que ce soit. Toute vie humaine est de toute façon perdue. Garder sa vie, la gagner est un Leurre. La vie est impossible à conserver.
Alors, il faut la donner. Il faut régulièrement se mettre en position de la convertir en cadeau et vous pourrez ainsi me connaitre.
‘’ Que celui qui veut venir à ma suite porte sa croix et qu’il me suive’’ Une vraie invitation au reniement de soi à travers une confession sincère. Une invitation qui amène à comprendre que confesser Jésus, c’est l’aimer de tout cœur et en toute sincérité, c’est accepter de perdre sa vie pour les siens et leur en faire cadeau. Confesser Jésus comme Sauveur, c’est demeurer constamment dans l’élan d’amour qui renforce la communion fraternelle et l’appartenance entière à Dieu dans le respect des préceptes divins en milieu familial, professionnel et associatif.

Amen

Pasteur Eloi AGBANOU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *