Prédication du Dimanche 05 Mai 2019

Thème: Jésus accompagne les siens.

Textes: Jean 21/1-19

Résumé de la prédication du Dimanche 05 Mai 2019, fait par le pasteur Eloi AGBANOU.

Simon Pierre leur dit : « Je m’en vais pêcher. » Ils lui rétorquèrent : « Nous venons aussi avec toi. » Ils partirent et montèrent dans la barque. Cette nuit-là ils ne prirent rien.

  • C’est Simon Pierre qui prend l’initiative de cette pêche de nuit. Tout le Nouveau Testament présente dans la personne de Pierre un leadership constant tant pendant le ministère de Jésus que dans l’église primitive. C’est lui qui entraîne les autres.
  • Il est possible que la mention d’une pêche de nuit prenne sa source dans une donnée historique, i.e. les pêcheurs de Galilée exerçaient leur métier la nuit pour avoir une pêche fructueuse. Mais le contexte de notre récit nous oriente plutôt vers sa valeur symbolique : la nuit est associée aux épreuves et difficultés de la vie. Deux autres indices nous orientent dans cette direction : le fait que les pêcheurs ne prennent rien, et c’est seulement lorsque l’aube apparaîtra qu’ils connaîtront le succès.
  • Un autre élément peut recevoir une valeur symbolique : la barque. Nous avons quelques récits dans les évangiles (la tempête apaisée, la marche sur les eaux) où les disciples sont dans une barque de nuit soumis aux intempéries. N’oublions pas que ces récits sont nés dans les communautés chrétiennes où on percevait facilement l’Église comme une barque soumise aux adversités de la vie.
  • Alors que les premières lueurs du matin étaient déjà apparues, Jésus était sur le rivage. Toutefois, les disciples ne l’avaient pas reconnu.

5 Jésus leur dit donc : « Les enfants, avez-vous quelque chose à manger? » Ils lui répondirent : « Non. Il leur dit alors : « Jetez le filet du côté droit de la barque, et vous trouverez. » Ils jetèrent ainsi leur filet, et ils étaient incapables de le tirer à cause de l’abondance de poissons.

  • Pourquoi le côté droit? Dans le Judaïsme, le côté droit est la place favorable (le Fils de l’Homme placera les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche, Mt 25, 33; Siège à ma droite, jusqu’à ce que j’aie mis tes ennemis dessous tes pieds, Mt 22, 44), comme en français on dit : il est son bras droit. Le côté droit a donc la valeur symbolique d’un lieu favorable. Le seul autre passage où nous retrouvons ensemble du poisson et du pain est le récit sur Jésus nourrissant une grande foule au chapitre 6, un récit avec un accent hautement eucharistique. Nous devons donc lire ce récit dans la même perspective. Mais malgré toute cette multitude, le filet ne se déchira (skizô) pas. » Le verbe skizô nous a donné le mot schisme. Et donc nous pourrions reprendre ce bout de verset comme ceci : malgré toute cette diversité, il n’y a pas eu de schisme. Ne l’oublions pas, nous sommes dans une symbolique communautaire et eucharistique.

12 Jésus leur dit : « Venez, déjeunons! » Personne parmi les disciples n’osait s’enquérir à son sujet en disant : qui es-tu? Ils savaient que c’était le Seigneur.

  • « Venez, déjeunons! » Le contexte du repas nous oriente vers le repas eucharistique comme nous le montrera la suite.

15 Quand ils eurent déjeuné, Jésus dit à Simon Pierre : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu plus que ceux-ci? » Il lui répond : « Oui, Seigneur, tu sais l’attachement que j’ai pour toi. » Jésus lui dit : « Veille sur mes agneaux. »

  • « Quand ils eurent déjeuné ». Il s’agit d’une action de transition pour passer à autre chose. Cette partie du récit a peu de lien avec la précédente.
  • « Simon, fils de Jean. » C’est la seule mention que nous ayons dans tout le Nouveau Testament que le père de Simon Pierre s’appelait Jean. Voici une caractéristique du quatrième évangile : c’est l’évangile avec une théologie qui nous pousse vers un niveau d’abstraction, mais en même temps jalonné de quelques éléments historiques qui peuvent soulever étonnement et question, comme on le voit ici.

Un accompagnement guidé, orienté dans le sens de la mission à accomplir, celui de paître le troupeau. Jésus devient ici l’homme qui accompagne en toute circonstance. Surtout présent aux côtés des siens en situation difficile. Jésus se montre à vous quand vous avez perdu tout espoir quand vous croyez n’avoir plus de repère pour initier une sortie de crise ,quand vos possibilités de solutionner le problème sont épuisées.

Jésus l’accompagnateur des siens n’est pas un Jésus farceur ou faiseur de miracle c’est un Jésus prompt à aider, à soutenir et apporter la meilleure solution au problème qui vous accable , Jésus l’accompagnateur, c’est Jésus le rédempteur, Jésus le Messie. Il est à notre droite et nous demande de poser des actions droites et constructives. Il est à notre droite et nous demande de garder droit la barque de notre existence et d’éviter qu’elle s’oriente vers la gauche , symbole du mensonge, symbole de dérive, de l’incertitude , de manigance, de l’embrouille et de confusion. Quand une action est gauche, elle prête à confusion et à toute susceptibilité. Jésus accompagne les siens non pas vers la gauche, mais vers la droite, non pas pour des actions gauches, mais pour celles qui sont droites.

Amen

Pasteur Eloi AGBANOU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *