Prédication du Dimanche 16 Février 2020

Thème: Une vie de Foi en Christ.

Texte Biblique:Matthieu 5 verset 17 à 37  

Résumé de la prédication du Dimanche 16 Février 2020, fait  par le le pasteur Eloi AGBANOU

Jésus offre à son auditoire sur une montagne un enseignement riche et diversifié sur le code de vie qui doit régir la vie au quotidien de ceux qui acceptent le suivre ou partager sa vision du plan du salut pour l’humanité. Après avoir introduit son enseignement par une distinction de cet auditoire attentif et assoiffé d’enseignement en disant ; Vous êtes le sel de la terre et la lumière du monde, il donne une identité missionnaire à ceux et celles qui l’écoutent. Maintenant, il doit passer à la transmission du savoir à dispenser par ces derniers. Le texte de ce matin nous limite à cinq points d’enseignements :

-La loi, la colère, l’adultère, le divorce, les serments.

Concernant la loi, Jésus dit qu’il est venu donner à cette dernière tout son sens et non venir l’abolir. Il enseigne au contraire à la vivre pleinement dans un sens raisonnable et non comme un robot. Sur ce constat de vouloir pratiquer la loi à la lettre, on devient hypocrite et parfois irraisonnable. Personne ne peut prétendre observer parfaitement la loi sinon il est un vrai hypocrite.

Au sujet de la colère, Dieu aime celui qui prie avec un cœur reconcilié, sans mauvaise intension envers qui que ce soit. Dieu aime celui qui maitrise ses violences intérieures contre un frère ou une sœur. Il aime ce cœur apaisé qui choisit de désamorcer les conflits, de rafraichir les cœurs enflammés par la violence ou les désirs de nuire ou d’accomplir un acte quelconque de vengeance.

Au regard de l’adultère, Jésus choisit des expressions qui montrent la gravité et la constance de cette faute quotidienne et courante en disant : « Celui qui a regardé une femme et qui a eu l’intension de la désirer dans son cœur a déjà commis l’adultère » ( v 28) . Cela voudrait bien dire que la mutilation ne change en rien les pulsions intérieures. L’acte est déjà commis par le simple fait d’avoir désiré la femme dans son cœur. » Tout cœur ayant exprimé un tel désir est coupable d’adultère.

Jésus en se référant à la procédure de divorce selon la loi juive, a compris que la meilleure manière de résoudre un problème de couple n’est pas de séparer ou de se quitter car le divorce n’a jamais été dans le plan de Dieu pour la vie et la survie du couple car encourager le divorce c’est encourager l’adultère sous toutes ses formes.

Pour Jésus, le serment prononcé tient une place privilégiée dans la vie de chaque individu. Il est nécessaire que tout individu placé sous serment accomplisse le contenu de son serment devant Dieu et sous son regard bienveillant. Tout serment n’incluant aucun plan divin est interdit de Jésus-Christ, Tout Simplement que votre Oui soit oui et votre Non soit vraiment non.

Frères et sœurs en Jésus-Christ!

Jésus semble transmettre ici un enseignement plus rude et plus exigent en matière de conduite morale. Il va même jusqu’à désavouer tout ce qui en nous pourrait être objet de notre inconduite ou qui voudrait nous conduire à la faute ou à la dérive.

Mais l’intension de Jésus-Christ n’est pas de nous prescrire un code de vie moral ou une série de règles éthiques auxquelles nous devons nécessairement nous conformer. Jésus nous prescrit tout simplement une code vie dans la foi. Il veut nous voir dans une conduite disciplinaire encrée dans L’amour qu’il incarne. La meilleure façon d’être légalement apprécié, c’est d’aimer, c’est de montrer que nous œuvrons plus à la promotion de la vie en communauté et que nous sommes les bâtisseurs d’une harmonie sociale viable sans violences et sans tensions sociales à perpétuité.

Pourquoi devrons -nous comprendre ces enseignements de Jésus sous une forme de prescription à Aimer et non à légiférer? C’est justement parce que les articles de loi se contredisent pour la plupart du temps et les professionnels de la législation ont constamment recours à une forme d’interprétation et d’analyse appelée la jurisprudence.

Que ce soient les infractions aux normes juridiques établies, que ce soient les problèmes liés à la colère, à l’adultère, ou au divorce, ou au non-respect des serments donnés, jésus les aligne comme provenant d’une même cause : le manque d’amour. Tous ces problèmes de caractère sociétal depuis des millénaires restent d’actualité et suscitent toujours des émois et des séquelles qui portent entorsent à l’harmonie sociale. Jésus ne veut pas fabriquer des automates à l’application stricte des lois juives de son temps, mais il voulait que la pratique des lois reflète une certaine équité et engendre une vie sociale plus juste et communielle. Jésus lui-même est conscient de l’environnement difficile que nous vivons et ne peut se faire en aucun moment un dictateur des enseignements qu’il offre comme soutien et énergie à notre Foi chrétienne.  Son amour pour nous est au-dessus de nos transgressions et de ce que le monde nous impose aujourd’hui comme valeur. Il sait que nous sommes dans le monde sans être du Monde. Il sonne à travers son enseignement les cloches d’alarme pour que nous ne demeurions pas dans le vice et que nous puissions nous y relever chaque fois que nous pouvons nous ressourcer de ses Logions (ses paroles prononcées à titre d’enseignement et de nourriture de notre Foi en ce monde.) Quand l’on peut avoir une même Foi en Christ et la vivre en Amour et en communion d’esprit, nous pourrons parler de respect des enseignements du sermon sur la Montagne.

 

Pasteur Eloi AGBANOU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *